Spinofrin est bénéficiaire de l’aide au développement deeptech proposée par Bpifrance

Suite à l’obtention de l’aide au développement deeptech obtenu en Septembre dernier, nos équipes sont allés chercher quelques réponses à leurs questions auprès de Delphine DOULLAY, Chargée d’affaires innovation au sein de la Direction régionale IDF-Ouest chez Bpifrance.

1. En quoi la start-up Spinofrin s’est démarquée pour obtenir cette aide au développement ?

Spinofrin est une jeune entreprise à potentiel de croissance forte adressant de nouveaux marchés et dont le projet est basé sur une technologie de rupture issue d’un laboratoire public et en lien fort avec le monde de la recherche.

2. La start-up Spinofrin est issue de la deeptech – ce critère a-t-il influencé l’attribution de l’aide ?

Pour bénéficier de cette aide, la start-up doit être caractérisée de deeptech. Spinofrin a répondu aux 4 critères de la grille d’évaluation Bpifrance :

  • Être issue d’un laboratoire de recherche avec une gouvernance en lien fort avec le monde scientifique ;
  • Présenter de fortes barrières à l’entrée ;
  • Avoir un avantage fortement différenciateur par rapport à la concurrence ;
  • Caractériser par un go-to-market long/complexe.

Un spécialiste dans le secteur de l’industrie pharmaceutique, mandaté pour le compte de Bpifrance, a expertisé la technologie de Spinofrin et confirmé sa technologie de rupture.

3. Vos conseils pour ceux qui, comme la startup Spinofrin, soumettent leur projet à Bpifrance ?
  • Avoir un programme de R&D très précis et jalonné
  • Impliquer des investisseurs pour avoir suffisamment de fonds propres et de trésorerie pour aller jusqu’au bout du programme de R&D car il s’agit d’un dispositif décaissé en plusieurs tranches (2 ou 3 tranches)
  • Etayer les 4 arguments du référentiel deeptech
  • Anticiper les délais : pré-étude du chargé d’affaires, expertise des filières Bpifrance puis passage en comité et enfin étude de l’expert mandaté par Bpifrance